Liberia : George Weah, candidat à la présidentielle d’octobre 2017

Après 2005 et 2011, l’ex-footballeur international  libérien George Weah est candidat pour la troisième fois pour, dit-il apporter des réponses aux préoccupations de ses compatriotes. Selon lui la politique ce sont des actes qu’il faut poser pour le bien- être des populations. En visite en Côte d’Ivoire mercredi dernier «Mister George» s’est dit prêt à diriger son pays vu que les sondages le placent à la tête de toutes les intentions de vote du 10 octobre 2017.

Ancien ministre des sports et de la jeunesse dans le premier gouvernement de la présidente Ellen Johnson Sirleaf, élu sénateur de la capitale Monrovia et président du Congrès pour le changement démocratique (CDC), a dit dans son intervention à Abidjan qu’il était prêt à engager le Liberia sur la voie du développement et de la démocratisation.

Poursuivant, le leader du CDC à qui l’on a reproché son manque d’expérience politique et beaucoup d’autres choses, a précisé : « Je suis retourné à l’école pour parfaire mes études, j’ai fait le bac, ensuite une licence en business administration et un master en administration publique. Je suis resté au pays pendant douze ans pour connaître les réalités de mes compatriotes. Je suis donc prêt à diriger le Liberia.»

Pour George Weah le temps passé dans le gouvernement de Mme Sirleaf, à la présidence de son parti  et les diplômes obtenus lui permettent de relever le défi et les enjeux qui se présentent à lui. En réponse aux questions des journalistes à Abidjan l’ex-joueur du PSG a dit qu’il était venu s’inspirer du modèle ivoirien pour la relance économique notamment en matière d’agriculture qui pourrait être le moteur pour mettre en valeur les ressources naturelles de son pays. Toutefois,son combat numéro un reste la stabilité du Liberia et la pérennisation de la paix.

« Nous avons des efforts à faire dans les domaines sanitaires, éducatifs et des infrastructures mais tout cela est subordonné à la paix. Si je suis élu président de la République de mon pays, je dois augmenter le budget de l’éducation nationale pour permettre à tous les enfants du Liberia d’être mieux formés afin de relever les défis du développement. J’envisage donc par an la construction de 100 à 150 écoles pour combler le vide laissé par la guerre que nous avons connue.»

Eugène Brou

Pub_Header