Côte d’Ivoire : Retour sur le bilan des actions et annonce des réformes de Gon Coulibaly

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, a présenté mercredi dernier au cours d’une conférence de presse, les acquis de son gouvernement en matière de paix et de sécurité et sur les efforts déployés pour répondre aux préoccupations et attentes des ivoiriens en matière de progrès économique et de biens sociaux. Retour sur les points importants de son intervention.

Par I. G.

Paix, sécurité, armée

Longtemps considéré comme le talon d’Achille du gouvernement, le retour de la paix définitive et la sécurisation totale de la Côte d’Ivoire est encore loin d’être une réalité. En témoigne les bavures, les mutineries et même les affrontements entre forces armées. Mais Amadou Gon Coulibaly ne désespère pas. Au contraire, il optimise et tente de toutes ses forces de rassurer les ivoiriens et la communauté internationale sur la volonté ferme de l’Etat de ramener la paix en Côte d’Ivoire. «Je réaffirme que l’indiscipline dans l’armée ne peut être tolérée. Les forces armées sont censées agir de concert pour protéger les populations », a-t-il déclaré. Avant de rappeler que l’équipe gouvernementale qu’il conduit : « est déterminée à construire une armée républicaine, disciplinée au service du peuple ivoirien ».
Il est aussi revenu sur les causes de ces perturbations mettant en mal le climat politico-militaire de la Côte d’Ivoire. «Nous avons une pyramide dans notre armée qui ne permet pas d’avoir une force armée qui soit fonctionnelle. L’armée que nous avons est issue des conditions que vous savez », a-t-il reconnu. Avant de rappeler que certaines mesures ont été prises et indiquer qu’elles se poursuivront. «Des décisions ont été prises. L’armée de Côte d’Ivoire est en restructuration. Le ministre de la défense mène cette opération avec efficacité. A la fin de 2017 environ un millier de soldats, de manière volontaire, sont partis. Ce programme va continuer», a rassuré Amadou Gon Coulibaly.


Santé

Ce secteur est presqu’aussi important que le premier. C’est certainement ce qui justifie le fait que le Premier ministre s’y soit longuement attardé. Il a d’abord présenté le bilan de son équipe depuis sa mise en place en 2017, et a annoncé les réformes sanitaires majeures. Un bilan qui se résume à la construction de nombreux hôpitaux, la restructuration de nombreux centres de santé.
Quant aux réformes, elles concernent les dispositions que le gouvernement a prises pour l’étendue de la couverture maladie universelle (Cmu) à toutes les couches de la population. «Après la livraison de plusieurs centres hospitaliers à Abidjan et à l’intérieur du pays en 2017 (Centre hospitalier universitaire d’Angré, Centre d’oncologie et de radiothérapie de Côte d’Ivoire, ndlr), le gouvernement a adopté un programme de renforcement des infrastructures hospitalières nationales de plus 577 milliards de francs CFA », a révélé le Premier ministre Gon Coulibaly. Puis, il indique que ce programme comprend deux phases et va s’étendre jusqu’en 2020. «La première tranche a été lancée le 16 janvier 2018 à Yopougon et concerne la réhabilitation, l’équipement et la maintenance de huit hôpitaux généraux. Les nouvelles tranches démarreront en juillet 2018 », a-t-il précisé. Et de poursuivre : «Après la réhabilitation de neuf centres de santé universitaires et le lancement de la phase pilote de la CMU en 2017 pour 150 000 étudiants, la finalisation des travaux de réhabilitation des centres de santé nationaux garantira un niveau de service raisonnable aux patients. La CMU sera généralisée en 2019».

Accès à l’eau potable et à l’électricité

Bien que des progrès considérables aient été réalisés en matière d’adduction d’eau potable et d’électrification, le chef du Gouvernement est resté évasif sur la chronologie des reformes tant attendues.

En effet selon lui, les travaux entrepris depuis 2012 ont permis à de nombreux abidjanais de bénéficier des prestations de la Société de distribution d’eau de Côte d’Ivoire (Sodeci), même s’il a reconnu que de nombreux quartiers dans les communes d’Abobo et de Yopougon, entre autres en sont exclus. « Il se pose encore des problèmes d’approvisionnement pour des raisons de vétusté du réseau de distribution et de nécessité d’extension dudit réseau. Des efforts additionnels sont donc en cours. Ils permettront le stockage et la distribution de l’eau à tous les abidjanais par la réhabilitation, la rénovation et l’extension du réseau de distribution », a annoncé Amadou Gon Coulibaly, sans plus de précision. Et de conclure qu’ «un accent particulier sera mis sur l’approvisionnement des villes et des localités de l’intérieur pour couvrir, à terme, les besoins de toute la population».
Quant à l’électricité, le Premier ministre a été plus exhaustif. «En matière d’électricité, 4639 localités sur les 8513 ont été couvertes en 2017. Notre engagement dans ce secteur sera de finaliser l’électrification de tous les villages de plus de 500 habitants, au plus tard en 2019, avec une masse critique pour 2018», s’est-il contenté de répondre.

Coût des denrées alimentaires

Considéré comme un maillon très important de son programme, Amadou Gon Coulibaly, a rappelé les efforts consentis par son équipe pour permettre aux ivoiriens de se nourrir convenablement, et à moindre coût. C’est dans ce cadre que « le Gouvernement a engagé en 2017 le contrôle du prix de certains produits de grande consommation et procédé à la restructuration des organes de surveillance», a-t-il confié. Avant de préciser : « Ce dispositif a permis une baisse des prix des denrées essentielles. » Toutefois à l’avenir, ce dispositif «sera renforcé d’une part, par le marquage systématique des prix plafonds sur les emballages des produits de grande consommation et d’autre part, par l’accompagnement de la mise en place effective du projet communautaire de création de la Bourse régionale des produits vivriers », a prévenu Amadou Gon Coulibaly.

Logement

Cette question est un éternel casse-tête pour le gouvernement ivoirien, vu la pagaille qui règne dans le domaine foncier où le coût est de plus en plus élevé à Abidjan. Néanmoins, Amadou Gon Coulibaly et son équipe ont posé plusieurs actions afin de faciliter l’accès au logement à plusieurs ivoiriens, et entendent continuer sur cette lancée. «La réalisation et la livraison en 2017 de 4702 logements ont été faites. Le gouvernement accélérera le rythme afin d’offrir un toit à chaque ivoirien. Plus de 10000 logements devraient être livrés en 2018», a-t-il promis.

Transport

Le Premier ministre ivoirien est revenu sur les efforts consentis par son gouvernement pour assainir le transport à Abidjan et même en Côte d’Ivoire. Il a également annoncé des réformes importantes. «Après l’acquisition de 500 bus pour renforcer le parc de la Société des transports abidjanais (Sotra, ndlr) et le lancement de l’exploitation des sociétés privées de transport lagunaire en 2017, le gouvernement renforcera ce dispositif par la livraison prochaine de 500 nouveaux bus cette année. A moyen terme, la réalisation de la ligne 1 du métro d’Abidjan, dont les travaux ont été lancés fin novembre dernier, constitue la voie pour la résolution complète des difficultés de transport des Abidjanais. Le gouvernement travaille également à la réalisation de la ligne 2 du métro reliant Yopougon à Bingerville, en passant par Cocody », a rassuré Amadou Gon Coulibaly.

Le chef du Gouvernement est aussi revenu sur la polémique sur le renouvellement du parc automobile et la limitation d’âge des véhicules d’occasion importés. Il a tenu à rassuré les ivoiriens. Le renouvellement du parc automobile concerne «plutôt une adhésion volontaire des acteurs du transport routier. A ce titre, les entreprises de transport routier désireuses d’adhérer à ce programme, sont invitées à prendre contact avec le Fonds de développement du transport routier (Fdtr, ndlr). Pour ce qui est de la limitation de l’âge des véhicules d’occasion importés, il s’agit d’une réforme qui a pour objectif d’assurer à nos concitoyens, le confort et la sécurité de leurs déplacements et de renforcer la lutte contre l’insécurité routière. L’objectif est de développer un marché intérieur pour le montage de véhicules, en vue de créer des emplois directs et indirects, à l’instar de nombreux pays de la sous-région », a-t-il conclu.

Pub_Header