Sénégal : Pour plus d’efficacité Macky Sall veut renforcer son pouvoir

Par Aly Fall –

Macky Sall entame son nouveau mandat avec la volonté de mener lui-même les réformes annoncées lors de sa campagne surtout au niveau de l’administration publique. Après avoir prêté serment le 2 avril 2019 en présence de 18 chefs d’Etat africains, il a reconduit son Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne. Une reconduction transitoire, le temps de supprimer le poste de Premier ministre.

En effet, Mahammed Boun Abdallah Dionne cumule ses fonctions de Premier ministre avec celles de ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence. Avec en projet la modification des articles 49 et 53 de la Constitution qui va supprimer le poste de Premier ministre pour adopter un régime présidentiel renforcé. Les médias nationaux en font leurs choux gras, mais Macky Sall reste droit dans ses bottes. Il veut reprendre les choses en main pour la réussite de son deuxième et dernier mandat qui s’achève en 2024.

Lors de sa prestation de serment, le président Macky Sall a annoncé sa volonté de réformer beaucoup de secteurs, dont l’administration qui refuse de s’adapter aux exigences de la modernité. Les complaintes sont nombreuses, les lenteurs abusives, les procédures ennuyeuses et tous ces dysfonctionnements ne riment pas avec efficacité et performance. Le signal fort a été de confier le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) au PNUD au détriment de l’administration et du privé national, afin de livrer la construction des pistes rurales et les forages dans des délais raisonnables. Macky Sall se décide à renforcer ses pouvoirs pour mener personnellement les changements souhaités par les Sénégalais. Car, même s’il a été réélu au premier tour avec 58,6% des voix, il n’en demeure pas moins qu’il tienne compte de ceux qui n’ont pas voté pour lui. Il semble avoir bien décrypté le message, et a sans doute compris que le problème n’est pas souvent lui-même qui est mis en cause, mais certains de ses hommes chargés d’exécuter ses politiques et programmes.

Le Premier ministre aussitôt reconduit a également confirmé les ruptures attendues en déclarant devant les journalistes : «Je rends grâce à Dieu et exprime ma gratitude au Président pour le grand honneur qu’il vient encore de porter à mon endroit en me désignant comme celui qui devrait conduire le Gouvernement. Parce qu’il est venu un temps nouveau, celui d’un mieux d’État pour rapprocher l’administration des administrés, mais pour accélérer les réformes, pour qu’elle ait d’avantage d’impact pour le bonheur du Peuple Sénégalais. Il a voulu commencer les grandes réformes par le haut de l’exécutif. Ce dont il s’agit, c’est pour diminuer les goulots d’étranglement. La grande ambition que porte le Président, c’est qu’il y ait davantage d’impact pour les citoyens. Il m’a demandé de finaliser cette grande réforme pour aller vers le mieux d’État.» D’ici là, le nouveau gouvernement est attendu au plus tard ce lundi 8 avril et il est fort probable que les membres ne dépassent pas 25, pour rassurer les Sénégalais, qui ont toujours déploré les gouvernements pléthoriques et souvent sans aucun impact sur la marche du pays.

  • 73
    Partages
Pub_Header