You are here
Business Politique 

SENEGAL : Ça sent le gaz entre Dakar et Londres

Par Aly Fall –

La coïncidence entre la Résolution portée par le Sénégal le 22 mai dernier à l’Assemblée Générale des Nations Unies, exigeant du Royaume-Uni de restituer l’archipel de Chagos à l’Île Maurice et la diffusion à grande échelle d’un reportage de la BBC sur un présumé scandale de corruption dans la gestion du gaz et du pétrole mettant en cause le frère du Président Macky Sall, est assez troublante, selon des analystes géopolitiques. Les relations entre Dakar et Londres seraient tendues, ce qui expliquerait la rencontre jeudi dernier entre le ministre des Affaires étrangères du Sénégal et l’ambassadeur de la Grande Bretagne à Dakar.

L’odeur du gaz et du pétrole, qui pollue l’atmosphère politico-médiatique au Sénégal, est en passe de gripper l’axe Dakar – Londres. Depuis que le média anglais BBC a publié un reportage sur un présumé scandale de corruption dans la gestion du gaz et du pétrole, dont le frère de Macky Sall serait un acteur clé, le gouvernement sénégalais multiplie les sorties, pour dénoncer un « tissu de mensonges ».
D’abord, le principal concerné a démenti les informations, annonçant au passage une plainte contre BBC, ensuite le ministre de la Justice, qui dit croire à la bonne foi de l’accusé, ensuite le président Macky Sallqui a désigné du doigt des« forces » du Sénégal et de l’étranger »,qui seraient derrière ce reportage. Le porte-parole du gouvernement,elle, a rencontré la presse, pour fustiger « un tissu de contrevérités destiné volontairement à manipuler l’opinion sénégalaise et jeter le discrédit sur l’Etat du Sénégal ».

Et comme cela ne suffisait pas, l’on apprend que le ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Amadou Bâ a rencontré jeudi dernier, l’ambassadeur de la Grande Bretagne au Sénégal, George Hodgson pour «parler de l’affaire». Cette rencontre d’une haute importance alimente les débats au Sénégal, puisque certains observateurs redoutent un «coup fourré» de la Grande Bretagne, surtout que le Sénégal a porté le 22 mai dernier, une résolution à l’Assemblée Générale des Nations Unies, exigeant du Royaume-Uni, de restituer l’archipel de Chagos à l’Île Maurice. Beaucoup d’analystes géopolitiques estiment que cette outrecuidance du Sénégal passe mal à Londres et n’excluent pas la «main» de Londres dans ce reportage, qui est allé jusqu’à affirmer que cette «vaste opération de corruption»aurait des impacts sur «le niveau de pauvreté assez élevé des Sénégalais.» La pilule est amère pour l’Etat du Sénégal qui montre des signes de nervosité à chaque sortie, depuis l’éclatement de l’affaire.

L’opinion sénégalaise semble avoir des avis divergents sur la question, mais n’en demande pas moins des comptes, pour être édifiée sur la question. Les hommes politiques de l’opposition notamment crient au scandale et demandent à Macky Sall de prendre ses responsabilités. La société civile, elle a invité le frère du président sénégalais à démissionner de son poste de Directeur Général de la Caisse de Dépôt et de Consignation (CDC) pour se défendre devant les tribunaux nationaux et internationaux. Ce que le concerné a refusé catégoriquement, arguant qu’il ne voudrait surtout pas faire plaisir à ses délateurs.

Related posts