Côte d’Ivoire : Lumière sur Abdou Fati Karine, chef de projet à Care International

Par Elisée Charles – Gonçalvès

Quel est votre domaine d’activités ?
Je suis chef de projet à Care International en Côte d’Ivoire.Care international Côte d’Ivoire, est une organisation exerçant dans le développement, l’humanitaire et la lutte contre la pauvreté. Nous avons pour cible les jeunes, mais surtout les femmes. A cet effet, nous avons initié un programme d’entreprenariat à leur endroit. Au sein de cette organisation, je suis chargée d’apporter une assistance technique pour l’inclusion financière formelle et informelle.

Concrètement, qu’est-ce que vous faites pour les femmes ?
Nous accompagnons les femmes exclues du système financier classique pour les insérer ensuite dans le système financier ou la tontine améliorée non classique avec l’Association villageoise d’épargne et de crédit (Avec, en abrégé). D’autres organisations mettent en place ces Avec. Mais la spécialité de Care International c’est l’encadrement et la formation apportés en plus. Après leur formation financière, Care les oriente vers les banques, les microfinances… pour accéder à l’épargne, au crédit et à d’autres services.

Quelles autres prestations de service fournissez-vous ?
Parfois, les femmes veulent juste un outil avec lequel faire des opérations financières. Il garantit ainsi leur sécurité. Et c’est le rôle des banques mobiles avec qui nous sommes en contact. Elles aident à transférer les fonds ou à épargner à partir d’un site très éloigné. Par nos soins, elles effectuent des transactions avec leur puce mobile money depuis le village. Elles ont donc accès à leur compte partout en Côte d’Ivoire.

Quelle est la répercussion de cette initiative sur le quotidien des femmes rurales en général ?
Cette initiative permet à ces institutions d’être proches des femmes rurales. Elle leur fait gagner du temps du fait de leurs occupations intensives parfois de 4h à 23h. Si en plus, elles doivent se déplacer (marcher, emprunter une moto et ensuite un autre moyen de transport en commun…), pour effectuer une opération financière en ville, c’est une vraie perte de temps.

Votre mot de fin…
L’autonomisation de la femme est à la fois économique, sociale et politique. Ce sont ces trois paramètres qui entrent globalement en ligne de compte dans nos activités. Au niveau de Care International Côte d’Ivoire, on travaille afin que ces trois aspects soient pris en compte.

  • 352
    Partages
Pub_Header