Côte d’Ivoire : Soro pour une CEI plus représentative des partis politiques

Guillaume Soro invite Alassane Dramane Ouattara à créer une Commission Électorale Indépendante (CEI) plus représentative de l’échiquier politique ivoirien, pour éviter une nouvelle crise post-électorale en Côte d’Ivoire.

Par Elisée Charles GONÇALVES

Le président de Générations et peuples solidaires (GPS), Guillaume Soro, a appelé les autorités ivoiriennes à la création d’une Commission Électorale Indépendante (CEI) plus représentative de l’échiquier politique ivoirien, pour éviter une nouvelle crise post-électorale en Côte d’Ivoire. Il a tenu ces propos le mardi 26 novembre dernier à Bruxelles où il était l’invité de hautes personnalités politiques Belges. «Je suis là pour m’engager avec tous les Ivoiriens pour la construction de notre Nation et un environnement des affaires propice. Nous voulons une relation avec le monde. Si je suis à Bruxelles, c’est parce que c’est une capitale importante. Généralement en Afrique, les guerres partent des élections mal organisées. La Côte d’Ivoire, mon pays, qui a connu une crise post-électorale en 2010, qui a occasionné plus 3000 morts, est aujourd’hui inquiétante à l’approche de l’élection de 2020. La Commission électorale indépendante actuelle est loin d’être indépendante, elle est monocolore. Le président Alassane Ouattara a choisi de nommer ses amis, les membres de son parti politique. Cette commission électorale en Côte d’Ivoire, si elle n’est pas changée pour répondre aux normes internationales, va brûler la Côte d’Ivoire et occasionner encore des morts. C’est ce que je veux éviter et je suis venu lancer cette alerte», a-t-il déclaré.

Guillaume Soro a aussi qualifié «d’échec» la politique de réconciliation entreprise par l’actuel chef de l’État ivoirien. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles, il aurait pris ses distances avec Alassane Dramane Ouattara et son parti, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). «M. Ouattara a échoué à réconcilier les Ivoiriens. C’est d’ailleurs l’une des divergences entre lui et moi. Nous, nous pensons que rien ne sera possible en Côte d’Ivoire si nous ne faisons pas aboutir le processus de réconciliation nationale, fiable et viable», a fait savoir l’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Avant d’ajouter : «Je ne suis pas candidat pour faire un catalogue de promesses, mais m’engager avec le peuple de Côte d’Ivoire.»

Pour rappel, la CEI, institution dirigée par Coulibaly Kuibiert, est loin d’être représentative, selon les principaux partis politiques de l’opposition que sont le PDCI-RDA et le FPI. Ces derniers dénoncent cet état de fait, à chaque sortie médiatique. Une thèse rejetée avec vigueur par le RHDP, le parti au pouvoir.

L’on se souvient que c’était cette même CEI avec cette même configuration qui avait validé les dernières élections législatives et communales de 2018 émaillées de violences et de fraudes en Côte d’Ivoire.

  • 1
    Partage
Pub_Header