Côte d’Ivoire : dialogue de sourds au sujet de la CEI

Le dialogue de sourds qui prévaut entre le pouvoir et l’opposition au sujet de la composition de la Commission électorale indépendante (CEI), en prélude à la présidentielle de 2020, est loin de connaître son épilogue, jetant ainsi le doute sur la tenue d’une élection transparente et apaisée au mois d’octobre prochain.

Elisée Charles GONÇALVES

Les acteurs politiques de la Côte d’Ivoire ne parlent pas le même langage au sujet de la composition de la Commission électorale indépendante, à l’approche de la présidentielle de 2020. En effet, rejetée par l’opposition, notamment le Pdci-Rda de Henri Konan Bédié, le Fpi de Laurent Gbagbo et depuis peu, le Gps de Guillaume Soro, la Commission électorale indépendante (CEI) actuelle va pourtant organiser les élections à venir, selon le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara. «C’est évident. Vous savez, nous avons des institutions, le gouvernement a fait des propositions, discuté avec les partis politiques pendant 6 mois. Ce projet de loi a été envoyé à l’Assemblée nationale qui l’a adopté. Maintenant, c’est devenu une loi. Nous avons informé l’Union africaine. Cette CEI d’ailleurs, qui est plus équilibrée que la CEI qui a organisé les élections de 2015, organisera les élections de 2020. Quand je parle, il faut m’écouter. J’ai dit : Pas de retour en arrière, sur quelque sujet que ce soit», a déclaré le chef de l’Etat ivoirien face à la presse.

Après Guillaume Soro qui l’avait dénoncé en Belgique, il y a quelques jours, c’est au tour du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) de se prononcer encore sur la question. Et pour les caciques du parti cinquantenaire, la CEI actuelle de Coulibaly Kuilbert (Photo) n’est ni crédible, ni indépendante. «Le monde entier doit savoir que le président de la CEI n’est pas crédible et indépendant, il est l’obligé du président du Conseil constitutionnel. La CEI est bloquée, elle est incapable de mettre sur place, les Commissions locales, parce que le Pdci n’y est pas. Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, vous ne pouvez pas faire un dialogue politique sans le Pdci-Rda», a indiqué vendredi dernier, le Secrétaire exécutif du Pdci, Maurice Kakou Guikahué.

La CEI a toujours été au centre des querelles entre partis politiques en Côte d’Ivoire et qui ont parfois débouché sur des affrontements. En dehors des partis politiques de l’opposition, la société civile ivoirienne, des organismes internationaux et même certaines institutions ont appelé les uns et les autres à régler cette épineuse question avant la prochaine présidentielle de 2020. A quelques mois de ces joutes électorales, la question est loin d’être réglée et continue de soulever des inquiétudes.

Pub_Header