Côte d’Ivoire : une proche de Mamadou Koulibaly détenue par la police

Natalie Yamb, conseillère de Mamadou Koulibaly, président du Lider, est détenue depuis le 2 décembre dernier à la préfecture de police. Selon l’ancien président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire, elle serait sur le point d’être expulsée.

Elisée Charles GONÇALVES

La conseillère de Mamadou Koulibaly, président de Liberté et Démocratie pour la République (Lider) est détenue depuis ce lundi 02 décembre à la préfecture de police d’Abidjan. Elle serait même sur le point d’être expulsée, selon l’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne, qui a avoué lui avoir apporté ses effets personnels à titre prévisionnel. «Nous avons pris toutes les dispositions, puisque la rumeur est très forte, qu’elle sera expulsée. Et quand quelqu’un doit être expulsé, on ne lui permet plus d’aller chez lui à la maison (…) Nous lui avons laissé sa valise, son sac et ses différents papiers», a indiqué Mamadou Koulibaly, devant les locaux de la police à Abobo, une commune d’Abidjan.

Les autorités ivoiriennes elles, n’ont fait aucune déclaration officielle à ce sujet. Elles n’ont, pour le moment, ni infirmé ni confirmé son expulsion du territoire. Toutefois, des informations concordantes émanant de sources policières, font état d’un procès-verbal et d’un arrêté d’expulsion, déjà établis.

Pour la petite histoire, Natalie Yamb, proche de l’opposant ivoirien, est très critique envers le pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara. Elle s’est fortement illustrée lors du sommet Russie-Afrique des 23 et 24 octobre derniers à Sotchi où elle était invitée. De retour en Côte d’Ivoire, elle avait été convoquée par les autorités policières le 29 novembre dernier au bureau des enquêtes générales de la préfecture de police d’Abidjan pour répondre à des questions non encore rendues publiques.

Une convocation qui avait fait grand bruit sur la toile et les réseaux sociaux. Selon sa famille politique, c’est son engagement qui lui vaut sa détention voire son expulsion. «Les articles 7 et 8 de la loi sur les partis politiques en Côte d’Ivoire n’interdisent pas à un étranger de militer dans un parti politique, sauf à présider des instances. Or, il apparaît de plus en plus, qu’il est reproché à Nathalie, de troubler l’ordre public, de militer dans un parti politique ivoirien et d’émettre des critiques acerbes contre les autorités. Ils cherchent des alibis. Les critiques acerbes sont celles de LIDER qui les assume», a martelé Mamadou Koulibaly.

Pub_Header