Sahel : Macron reporte sa rencontre de Pau avec les Présidents du G5

La rencontre tant redoutée entre le président français Emmanuel Macron et les présidents des pays du G5 Sahel initialement prévue le 16 décembre a été finalement reportée sine die. Officiellement, le motif du report est lié à l’attaque jihadiste, survenue mardi dernier au Niger (lire ailleurs).

Aly FALL

L’Elysée a en effet, indiqué que le président français Emmanuel Macron, en accord avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, a décidé de reporter à début 2020 le sommet avec les dirigeants des cinq pays du Sahel initialement prévu le 16 décembre.

Mais officieusement, les raisons du report de cette rencontre pourraient être ailleurs. En effet, depuis que Macron a invité ses homologues africains à le rejoindre à Pau, pour des «explications», sur les raisons de la présence française dans la région, plusieurs dignitaires africains se sont ligués pour dénoncer ce «manque d’élégance» de Macron.

Des intellectuels doublés de panafricanistes se sont relayés sur les réseaux sociaux, pour fustiger la démarche du président français et lui rappeler que le «temps de la colonisation» a été dépassé depuis longtemps. C’est le cas par exemple du président du parti Liberté et Démocratie pour la République (Lider), Mamadou Koulibaly qui a publié une vidéo dans laquelle, il critique sévèrement Macron et ces présidents africains qui cèdent à ses desiderata.

Parmi les raisons officieuses invoquées aussi, figure le «boycott» du président tchadien. Idris Déby Itno avait annoncé dernièrement, qu’il ne sera pas à Pau à cause d’un hôte de marque qu’il doit recevoir quasiment à la même date. Le ministre Oumar Yahya, porte-parole du gouvernement tchadien, précisait néanmoins que le président n’est pas contre la réunion de Pau. «N’eût été une question de calendrier, je crois que le président serait parti parce qu’il était à tous les rendez-vous relatifs à la question de la sécurité et à la paix. Donc il n’y a pas d’autres raisons à cela», avait-il expliqué à la presse locale.

Un autre président du G5 Sahel, en l’occurrence Ibrahim Boubakar Keïta du Mali, aurait également envisagé de boycotter cette rencontre, tout comme son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, qui a écarté toute idée d’aller à Pau, suite à l’attaque dont des militaires de son pays ont fait l’objet, mardi dernier. C’est d’ailleurs suite à cette position affichée de Issoufou, que l’Elysée a cru devoir reporter ultérieurement la rencontre de Pau au risque d’assister à une vague de désistement, qui serait un camouflet pour la France.

Pub_Header