Côte d’Ivoire : attendu à Abidjan, Guillaume Soro atterrit à Accra

Sous le coup d’un mandat d’arrêt en Côte d’Ivoire, l’ex-président de l’Assemblée nationale n’a pu atterrir hier à Abidjan, alors qu’il était en chemin. L’avion privé dans lequel il était a rebroussé chemin pour se poser à Accra au Ghana, selon ses proches.

Elisée Charles Gonçalvès

Annoncé en Côte d’Ivoire, l’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafory Soro n’est finalement pas rentré au pays. En effet, l’ancien vice-président du Rassemblement des républicains (Rdr), le parti politique qui a porté Alassane Dramane Ouattara au pouvoir a eu vent d’un mandat d’arrêt, pour tentative de déstabilisation et détournement de fonds publics lancé contre lui à son insu. Selon Alain Lobognon, un de ses proches, l’avion à bord duquel était l’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirien aurait atterri finalement à Accra au Ghana à la surprise de tous. «Depuis le jeudi 19 décembre, nous avions l’autorisation, c’est pourquoi le vendredi nous avons annoncé que monsieur Soro rentrait en Côte d’Ivoire le 23 décembre. L’avion était en l’air lorsque les plans ont changé. Nous avons un document qui confirme effectivement que l’avion ne pouvait plus se poser en Côte d’Ivoire et c’est sur cette information écrite que la décision a été prise de dérouter l’avion. Au niveau du GATL (Groupement aérien de transport et de liaison, Ndlr) où il devait atterrir depuis hier, on nous a dit que l’avion n’atterrissait plus au GATL. Ce sont les autorités ivoiriennes qui ont empêché l’avion d’atterrir avec des moyens détournés», a soutenu ce parlementaire en conférence de presse, hier.

Alertées de l’arrivée de Soro hier matin, les autorités ivoiriennes avaient interdit tout rassemblement destiné à lui réserver un accueil officiel et populaire de l’aéroport à Port-Bouet jusqu’à sa résidence privée à Marcory. Elles ont fait savoir que tout regroupement sera empêché et que toute manifestation sera dispersée.

Des sources sécuritaires indiquent qu’il (Soro) se devait tout simplement de remplir des formalités administratives, policières et douanières pour ensuite se rendre à son domicile. C’est un dispositif composé d’environ 900 hommes armés de la Police nationale, de la Préfecture de police, des Unités d’Intervention et de la Gendarmerie nationale, qui a été mobilisé pour l’accueillir.

Selon le communiqué rendu public par les autorités relatif à l’affaire Soro, il est écrit que : «Après plusieurs mois d’absence du territoire national, Monsieur Soro Guillaume, ex-Président de l’Assemblée nationale et président du mouvement Génération des Peuples Solidaires (GPS), effectuera son retour en Côte d’Ivoire le lundi 23 Décembre 2019. Selon les organisateurs, l’ex-Président de l’Assemblée nationale arrivera par un vol privé au GATL à 13 heures 30 minutes. Mais aucun accueil officiel ne sera prévu ni à l’aéroport encore moins à son domicile sis à Marcory résidentiel. Ainsi, à la suite de sa descente d’avion Monsieur Soro Kigbafori Guillaume devrait se rendre directement à sa résidence privée. Compte tenu du contexte actuel marqué d’une part, par les fêtes de fin d’année et d’autre part, par les menaces et attaques terroristes et les mouvements d’humeurs d’associations politiques et d’organisations de la société civile, dans lequel intervient ce retour, la Police nationale appuyée des autres forces, prendra les dispositions sécuritaires nécessaires pour assurer le service d’ordre et de sécurité en empêchant tout attroupement». Les proches de Soro l’ont appris à leur dépend.

Pub_Header