Désaccord : des pays de la CEDEAO dénoncent le fait de renommer le CFA en ECO

C’était prévisible. Le Nigeria et plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, notamment anglophones, ont dénoncé jeudi à Abuja la décision de remplacer le franc CFA par l’Eco. Ils estiment en effet que cette décision n’était «pas conforme» au programme adopté récemment par l’ensemble de la région pour mettre en place une monnaie unique.

Par Aly Fall

Neo Africa News a reçu un communiqué de la Cedeao hier, qui mentionne que les six pays de la Zone monétaire ouest-africaine (WAMZ) ont fait part de leur préoccupation relative à la «déclaration unilatérale» de renommer le franc CFA en Eco d’ici à 2020.

Selon le communiqué publié à l’issue de cette rencontre extraordinaire entre les différents ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales, «cette action n’est pas conforme aux décisions» de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) en vue de «l’adoption de l’Eco comme nom de la monnaie unique» de toute la région, dont l’idée est débattue depuis bientôt 30 ans.
 
Les pays de la WAMZ composés du Nigeria, du Ghana, du Liberia, de la Sierra Leone, de la Gambie et de la Guinée (Conakry) «réitèrent l’importance pour tous les membres de la Cédéao d’adhérer aux décisions de l’autorité des chefs d’État et de gouvernement de la Cédéao concernant la mise en œuvre de la feuille de route révisée du programme de monnaie unique».

D’ailleurs ajoute le communiqué, un sommet réunissant les chefs d’Etat de la WAMZ est prévu «bientôt» pour décider de la conduite à venir.
 
Pour rappel, huit pays francophones d’Afrique de l’Ouest, qui utilisent le franc CFA, avaient annoncé fin décembre leur décision de remplacer leur monnaie commune par l’«Eco» et de rompre ainsi les liens très controversés avec la France, ancienne puissance coloniale, qui accueillait notamment la moitié de leurs réserves de changes en échange de la convertibilité du CFA avec l’euro.

L’annonce jugée surprise avait été faite par le président ivoirien Alassane Ouattara lors d’une visite à Noël de son homologue français Emmanuel Macron, dont il est le principal allié politique dans la région, au lendemain d’un sommet de la Cédéao qui avait encouragé les efforts visant à mettre en place une monnaie unique ouest-africaine d’ici à juillet.

  • 6
    Partages
Pub_Header