Mali : l’Onu s’inquiète des attaques répétitives contre les casques bleus

Le terrorisme continue d’alimenter la violence intercommunautaire dans le centre du Mali. C’est ce qu’a rappelé hier, Jean-Pierre Lacroix, le chef des opérations de paix de l’ONU au Conseil de sécurité.

Par Aly Fall

Le chef des opérations de paix de l’ONU au Conseil de sécurité, Jean-Pierre Lacroix, s’inquiète de la montée de la violence dans le Mali et le Sahel visant des civils mais surtout des soldats de maintien de la paix des Nations unies.

Dans une adresse au siège des Nations-Unies hier, Lecroix estime que «la situation sécuritaire au Mali et dans l’ensemble de la région du Sahel se détériore à un rythme très préoccupant. La semaine dernière, 18 soldats de la paix ont été blessés lors d’une attaque contre un camp de la Minusma à Tessalit et récemment 89 soldats nigériens ont été tués lors d’une attaque contre leur base près de la frontière malienne.»

Très préoccupé, il ajoute que : « le 04 Janvier, 14 enfants avaient perdu la vie dans une attaque contre un autobus près de la frontière malienne dans le nord du Burkina Faso. Les groupes terroristes prolifèrent dans les régions de Ménaka et Gao. Nous avons assisté à une augmentation des attaques d’engins explosifs improvisés contre nos convois. Des attaques qui ont occasionné plusieurs blessés chez les casques bleus. Ces incidents se produisent quasi quotidiennement ou en tout cas très régulièrement».

Heureusement que les mesures de protection que la force de la Minusma a prise depuis plus d’un an ont permis de limiter le nombre de tués même s’il reste beaucoup de choses à faire dans ce domaine, a-t-il précisé.

Pour le chef des opérations de paix de l’ONU au Conseil de sécurité, le terrorisme continue d’alimenter la violence intercommunautaire dans le centre du Mali à tel point qu’il y’a actuellement plus de personnes déplacées souffrant de la faim dans la région de Mopti que par le passé.

  • 12
    Partages
Pub_Header