Côte d’Ivoire : près de 3,5 millions d’hectares d’arbres détruits en 20 ans

Environ 3,5 millions d’hectares de forêts ont été détruits en Côte d’Ivoire ces dernières années selon la FAO. Et sur les 2,5 millions restants, figure la forêt classée du Cavally, qui est fortement menacée, selon des Ong.

Elisée Charles Gonçalvès

La déforestation en Côte d’Ivoire a pris des proportions inquiétantes. En effet, le couvert forestier du pays était de 16 millions d’hectares en 1900 et 6 millions en l’an 2000, selon les chiffres publiés à cette époque par la FAO. Mais, il ne reste aujourd’hui qu’environ 2,5 millions d’hectares d’après des estimations du programme d’investissement forestier (PIF).

Selon les responsables de certains Ong comme la Wild Chimpanzee Foundation (WCF), Notre Forêt, Notre Avenir (NOFNA) et certaines communautés locales, la forêt classée de Cavally est en train de disparaître. Elles ont alerté l’opinion publique à travers une conférence de presse tenue récemment à Abidjan, sur ce phénomène. A les en croire, la forêt classée du Cavally a déjà perdu 33% de sa superficie soit 21 186 hectares sur 64 200 hectares délimités. Elles ajoutent que les causes principales de cette destruction sont la création non autorisée de plantations de cacao, l’exploitation illégale du bois et du charbon, le non-respect des textes règlementaires, la vente illégale de terres et les occupations anarchiques. Cependant près de 7000 planteurs illégaux ont quitté cette forêt classée suite à une campagne de sensibilisation du NOFNA et de WCF.

En attendant la réaction des autorités compétentes, des jeunes riverains et des Ong ivoiriennes ont décidé de s’associer à la WCF et à la SODEFOR pour protéger cette forêt gravement menacée. «J’espère vraiment que la sensibilisation va porter ses fruits, car sans forêt, nous n’allons plus respirer, nous aurons privé nos enfants le droit de voir des espèces sauvages protégées en voie de disparition. C’est une des dernières forêts du pays abritant des espèces protégées comme les pangolins, les léopards, des chimpanzés. Alors sauvons-la, sinon cette forêt du Cavally disparaîtra comme a disparu la forêt de Goin-Débé situé au nord du Cavally et qui s’est vue dépouiller de 90% de son couvert forestier du fait des planteurs de cacao», a alerté le musicien Tiken Jah Fakoly, présent à cette rencontre

Pub_Header