Côte d’Ivoire : les transporteurs en guerre contre les syndicats illégaux

Les transporteurs abidjanais font le ménage en leur sein pour éviter les désagréments occasionnés par certains syndicats illégaux. A cet effet, ils sont en étroite collaboration avec les autorités ivoiriennes.

Elisée Charles Gonçalvès

Des transporteurs et conducteurs routiers urbains de Côte d’Ivoire ont décidé de faire le ménage dans leur rang. En effet, ils ont déclaré la guerre aux syndicats illégaux qui créent des gares anarchiques dans la ville d’Abidjan. Cette mafia encore dénommée «gnambros» fait l’objet depuis quelques temps, d’une traque sans merci, menée par les autorités ivoiriennes.

Mis sur pied, il y a peu, le Forum des syndicats du secteur du transport routier de Côte d’Ivoire (FORSYNTR-CI) entend s’inscrire dans cette même dynamique. Mieux, Tapé Albert César, Secrétaire général du Conseil national des organisations des conducteurs professionnels de Côte d’Ivoire (CNOCP-CI), membre fondateur de la nouvelle organisation, a affirmé cette semaine, qu’ils feront tout pour redorer le blason des acteurs du transport. «Il y a une multitude de syndicats appuyés par leurs gnambros qui sont dans tous les carrefours pour extorquer de l’argent à nos pauvres chauffeurs et conducteurs. Ces syndicats sont créés dans le seul but de se faire de l’argent au détriment de ceux qui fournissent les gros efforts. Le Forum vient pour éclairer la lanterne de l’opinion publique sur un certain nombre de choses. Nos autorités n’ont certainement pas toutes les informations en amont et en aval sur le syndicalisme vrai», a-t-il expliqué.

Il a, par ailleurs, appelé les acteurs du transport à un syndicalisme vrai, à la défense de la corporation et l’élaboration d’un plan de travail cohérent, « faisant fi de tout désordre et toutes bagarres à la machette ».

Pub_Header