Union africaine : un nouveau siège du service de renseignement grâce à la Guinée équatoriale

Le service de renseignement de l’Union africaine se dote d’un nouveau siège à Addis-Abeba, entièrement financé par la Guinée équatoriale et inauguré par Teodoro Obiang Nguema, lui-même.

Aly Fall
(Avec Ecofin)

L’Union africaine peut dire merci au président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema (photo). En effet, celui-ci a financé et procédé à l’inauguration du nouveau siège de la Commission d’intelligence et des services de sécurité de l’Afrique (CISSA), dimanche dernier à Addis Abeba, en marge du 33ème sommet ordinaire de l’Union africaine (UA).

Ce bijou, dont le montant n’a pas été communiqué, est une valeur ajoutée à la riposte contre l’insécurité en Afrique, notamment dans le Sahel en proie à des attaques jihadistes.

Réagissant à l’occasion de la cérémonie d’inauguration, le président de la Guinée équatoriale a indiqué que « le continent africain a subi les mauvaises actions des autres services d’intelligence. Pour cela, la CISSA doit agir avec détermination ».

Cette infrastructure de renseignement est la bienvenue surtout dans ce contexte marqué par la montée en puissance du terrorisme sur le continent. Equipé des systèmes de renseignement hyper sophistiqués, ce siège, en plus de faire la fierté de l’Afrique, peut servir aux pays alliés de l’Occident dans leur lutte contre le terrorisme de façon générale.

Créé le 26 août 2004 à Abuja (Nigeria) par les directeurs des services de renseignement et de sécurité africains, le CISSA est un organe rattaché au Conseil de paix et de sécurité de l’UA. Il a pour mission d’élaborer une stratégie africaine pour le maintien de la paix, la prévention, la gestion ainsi que la résolution des conflits sur le continent.

  • 4
    Partages
Pub_Header