Sénégal : les startups exonérées de taxe pour une durée de 3 ans

Les startups et entreprises nouvellement créées au Sénégal à partir du 01 Janvier 2020 et celles qui sont créées dans l’année 2019 bénéficieront sans délais d’une exonération de taxe pour une durée de 3 ans à compter de la date de création de la société.

Par Aly Fall
(Avec socialnetlink.org

C’est décidé au Sénégal, il n’y a plus de fiscalité pour les Startups et les nouvelles sociétés. Du mois, pour une durée de trois ans à compter de la date de création de la société. Selon le média spécialisé socialnetlink.org, l’Etat du Sénégal en a ainsi décidé en validant l’exonération fiscale imputée auparavant aux nouvelles sociétés.

Le média a reçu une note de services datée du 24 février 2020 du Ministère des Finances et du Budget, dans laquelle, il est indiqué que «la loi de finances No 2019-17 du 20 décembre 2019 portant loi des finances pour l’année 2020 notamment celle relative à l’impôt Minimum forfaitaire sur les sociétés (IMF) et à la contribution forfaitaire à la charge des employeurs (CFCE) est totalement entrée en vigueur sur l’ensemble du territoire national à la date du 28 décembre 2019».

Selon toujours le média, cette nouvelle loi de finances concerne toutes les startups et entreprises nouvellement créées en date du 01 Janvier 2020 et celles qui sont créées dans l’année 2019. 
A propos des mesures d’accompagnement, les Petites et moyennes entreprises (Pme) sont mises à contribution pour une meilleure prise en compte de la spécificité des entreprises du secteur numérique.

Et au-delà de l’exonération de l’Impôt Minimum forfaitaire (IMF) pendant trois (3) ans et de l’exonération de la Contribution forfaitaire à la Charge de l’Employeur (CFCE) pendant trois (3) ans, il est aussi prévu la suppression du minimum de perception de 500 000 francs en matière d’IMF ; qui pouvait avoir un effet confiscatoire pour les Pme en situation de déficit ; la réduction (de 25.000 à 10.000) des droits d’enregistrement pour la création de sociétés ou de GIE lorsque le capital est égal à un maximum de cent (100) millions.

A coup sûr, cette décision du gouvernement va booster la création d’entreprises au Sénégal tout en facilitant le développement de l’emploi. 

Le média rappelle qu’il y a quelques jours, l’état avait également validé le projet de la startup act dont l’une des doléances a été l’exonération fiscale pour les startups, tant attendue par les acteurs du secteur.

Pub_Header