CEDEAO : un calendrier défini pour l’ouverture des frontières terrestres, aériennes et maritimes

Le Comité ministériel de coordination des transports et du commerce de la Cedeao a tenu des réunions les 12 et 16 juin 2020, par vidéo-conférence, afin de discuter et de convenir d’une réponse régionale bien coordonnée pour «l’ouverture de corridors de transport et de commerce transfrontaliers pour la circulation immédiate de fournitures et d’équipements médicaux humanitaires, de biens essentiels et de personnes dans la lutte contre la pandémie dans la région, et l’ouverture progressive et coordonnée des frontières terrestres, aériennes et maritimes en vue d’accompagner le processus de relance des activités économiques transfrontalières».

Discuter et convenir d’une réponse régionale bien coordonnée pour l’ouverture de corridors de transport et de commerce transfrontaliers pour la circulation immédiate de fournitures et d’équipements médicaux humanitaires, de biens essentiels et de personnes dans la lutte contre la pandémie dans la région, et l’ouverture progressive et coordonnée des frontières terrestres, aériennes et maritimes en vue d’accompagner le processus de relance des activités économiques transfrontalières : Tels sont les objectifs des réunions du Comité ministériel de coordination des transports et du commerce de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) tenues les 12 et 16 juin 2020 par vidéo-conférence.

Après délibérations, les ministres ont suggéré «l’ouverture progressive et coordonnée des frontières terrestres des Etats membres de la Communauté et des aéroports qui devra être faite sur la base de données sanitaires et lignes directrices proposées pour l’harmonisation et la facilitation du commerce et du transport transfrontaliers dans la région de la Cedeao dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et d’une ouverture coordonnée et progressive des frontières aériennes, terrestres et maritimes, la nécessité de relancer les économies des pays membres de la Cedeao».

Pour ce qui concerne les frontières terrestres et aériennes, les ministres proposent «une ouverture des aéroports domestiques et la levée des restrictions relatives au transport terrestre au sein des Etats membres de la Cedeao en fin juin 2020».

Ouverture progressive

S’agissant des frontières terrestres, aériennes et maritimes entre les Etats membres de la Cedeao, le Comité ministériel demande de les ouvrir dans la première quinzaine du mois de juillet 2020, en vue de permettre la libre circulation des biens et des personnes sur la base d’une application stricte des lignes directrices proposées pour l’harmonisation et la facilitation du commerce et du transport transfrontaliers dans la région de la Cedeao.

Comme autre recommandation, les membres du Comité prônent «une ouverture des frontières aériennes et terrestres aux autres pays ne présentant pas de niveau très élevé de taux de contamination du Covid-19 à compter de la deuxième quinzaine de juillet 2020, 31 juillet 2020 au plus tard. Cette ouverture sera fonction de l’évolution de la pandémie au sein des pays membres de la Cedeao et des autres pays, et fera l’objet d’une évaluation périodique».

Entre les Etats membres, le Comité ministériel recommande aussi un «partage des informations dans un esprit de solidarité, d’autonomie collective et de coopération inter-étatique par des consultations bilatérales et multilatérales, en se fournissant des informations précises et opportunes sur les mesures d’ouverture». Pour les ministres de la Cedeao, «ces informations doivent être fournies aux acteurs du secteur privé tels que les compagnies maritimes, celles aériennes, les transporteurs et les commerçants transfrontaliers, les médias et la société civile». Ils sont par ailleurs pour «une forte collaboration aux frontières entre les administrations chargées des frontières pour la mise en place d’un dispositif de contrôle des voyageurs concernant le Covid-19», mais également «un mécanisme efficace de coordination pour suivre la mise en œuvre des lignes directrices aux niveaux national et régional. A cette fin, les structures et les comités existants, étatiques ou régionaux chargés de veiller à la bonne application les protocoles de libre circulation sur les corridors et aux frontières communautaires ainsi que la facilitation du commerce régional, doivent s’impliquer pour la mise en œuvre effective des présentes lignes directrices…».

Le Comité ministériel de coordination des transports, de la logistique et du commerce a adopté ces recommandations et demandé au président du Comité ministériel ad hoc et au président de la Commission de la Cedeao de les soumettre à Muhammadu Buhari, président de la République fédérale du Nigeria, en vue de leur présentation ultérieure à la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao.

  • 8
    Partages
Pub_Header