Cameroun : le Covid-19 et la médecine africaine, point de vue d’un spécialiste

Le Docteur Weriwoh Tembeng GodFred (à l’extrême droite de la photo), coordonnateur national de la médecine africaine au Cameroun est formel : l’efficacité de la médecine africaine n’est plus à démontrer, surtout dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Selon Dr Weriwoh qui a accordé cet entretien à Néo Africa News, l’Organisation mondiale de la santé approuve même la médecine africaine qui a fini de faire ses preuves.

Par Nicolas ABENA

NAN : Quel est l’apport de la médecine africaine dans la lutte contre le Covid-19 au Cameroun ?

Au Cameroun, nous avons Mgr Kleda qui soigne par les plantes et je souligne au passage que la plupart des condiments utilisés dans la cuisine africaine sont médicamenteux et bio, idem pour les fruits. Nombreux sont les politiques qui sollicitent cette médecine, c’est l’approbation officielle qui manque pour la rendre visible. Tout ceci pour indiquer son importance dans le traitement de cette pandémie mondiale.

Le fait d’appartenir au corps de l’armée représente-t-il un frein pour vos travaux de recherches ?

Nous avons de grands chercheurs dans l’armée et cela ne cause aucun problème, au contraire. Je tiens à souligner que dans mes travaux de recherche, le constat est que la médecine conventionnelle ne représente que 20% et les 80% sont pour la médecine africaine, que l’on peut répartir en cinq parties : -10% pour la médecine spirituelle, 40% pour la médecine tradi-spirituelle, 10% pour la médecine naturelle, 10% pour la médecine ancestrale et pour finir 10% pour la médecine traditionnelle.

Le Covid-19 représente-t-il la pathologie du siècle ?

La plus grande pathologie est l’ignorance et il faudra donner l’information au plus grand nombre, pour la soigner. Une rencontre avait eu lieu avec les parlementaires et il ne fait aucun doute qu’il s’en suivra un texte de loi, pour rendre visible l’action et les effets de la médecine africaine. Cela va faciliter la collaboration entre la médecine africaine et la médecine conventionnelle.

Existe-t-il une façon particulière de procéder au diagnostic ?

Oui, plusieurs méthodes existent : le sable, les cauris, la corne, les feuilles, l’eau, les yeux, les pierres etc.

Peut-on avoir un exemple de cas clinique ?

Nous avons reçu, il y a peu, un cas d’ulcère du pied qui n’obtenait pas de résultats. Nous avons fait appel aux interventions croisées tradi-spiritualiste / tradi-praticien qui ont extrait du pied du malade, billes, coquille d’escargot et des cadenas déterrés à distance. Le traitement qui a suivi était satisfaisant. Qu’il me soit permis de souligner que dans son message du 19 mai 2020 à la Nation, le Président Paul Biya déclarait : « J’en appelle à une sorte d’union sacrée de toutes les forces vives de la Nation pour combattre la pandémie du Coronavirus. […] J’encourage également tous les efforts visant à mettre au point un traitement endogène du Covid-19. Consacrons toutes nos énergies à la lutte contre cet ennemi commun. »

  • 12
    Partages
Pub_Header

Post Author: Neo Africa News