Centrafrique : le chef de l’opposition fait part de son « engagement » pour le pays

Le principal opposant au président Faustin Archange Touadera, en l’occurence Fred Edgard Gassia (Photo) a exprimé sur sa page Facebook, ses regrets et désaccords sur la façon dont le régime en place gère le pays. M. Gassia très amer dans son post, accuse le président Touadera de mener le pays dans une impasse si ses « dérives dictatoriales » ne cessent pas. Néo vous livre ci-dessous, l’intégralité du texte du chef de l’opposition centrafricain.

Très cher(e)s Compatriotes, ce qui se disait dans l’entourage de M. Faustin Archange Touadera vient d’être confirmé par ce dernier.

En violation de la liberté de son seul et vrai adversaire politique, le #RÉNOVATEUR Anicet Georges DOLOGUELE que malheureusement lui, ainsi que celles et ceux qui le soutiennent considèrent comme un ennemi à abattre, M. Faustin Archange Touadera se serait substitué à la justice pour déclarer sans que cela lui soit notifié, qu’AGD ne peut sortir du territoire national parce qu’il serait visé par une enquête judiciaire.

En effet, après avoir obtenu du Président de l’Assemblée Nationale une autorisation de s’absenter du territoire national et de voyager en France pour répondre à un rendez-vous médical, ce dans le respect de la procédure, le service de protocole d’AGD qui s’occupe habituellement de ses formalités de voyage s’est confronté ce matin à une opposition du commissaire de l’aéroport qui lui a signifié qu’il a reçu de sa hiérarchie des instructions de ne pas laisser AGD embarqué sur le vol Bangui/Paris du jour, s’il ne présente pas une autorisation exceptionnelle du Ministre de la sécurité publique, lequel Ministre était injoignable jusqu’au décollage de l’avion.

Dans le contexte actuel où chaque acteur politique du Pays doit œuvrer pour la paix, ce genre de comportement policier crée de la frustration et ne participe aucunement à l’apaisement. Nous appelons les tenants actuels du pouvoir au respect des libertés et droits des citoyens centrafricains fussent-ils opposants politiques.

Que M. Faustin Archange Touadera, son gouvernement ainsi que celles et ceux qui les soutiennent dans cette dérive dictatoriale comprennent que la République des yes men où il n’y aura pas de partis politiques de l’opposition qu’ils souhaitent faire naître en Centrafrique ne verra pas jour. Une simple observation de l’histoire politique du monde leur fera constater que quelque soit leur durée à la tête d’un Pays, aucun dictateur n’a réussi à se maintenir éternellement au pouvoir et leur fin est souvent humiliante voire tragique.

  • 3
    Partages
Pub_Header

Post Author: Neo Africa News