Climat : la BAD et le Canada mettent un fonds de 130 millions de dollars

Le Canada et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé un accord pour la création d’un fonds pour le climat en Afrique prenant en compte les questions de genre. Désignée comme administratrice du fonds, au terme de cet accord d’un montant de 133 millions de dollars canadiens, signé le 17 mars 2021, la BAD s’est engagée à fournir aux pays africains un financement climatique de 25 milliards de dollars, d’ici à 2025.

Selon un communiqué lu à Néo, le fonds e question «sera capitalisé grâce, d’une part, à la combinaison d’une contribution remboursable de 104,8 millions de dollars américains (122.9 millions dollars canadiens) visant à accorder des prêts concessionnels, tant pour des opérations souveraines que non souveraines, et d’autre part, à une contribution de 10 millions de dollars canadiens pour une assistance technique complémentaire. La Banque africaine de développement a été désignée comme administratrice du fonds. En tant que fonds de prêts concessionnels, les ressources du CACF seront investies dans des technologies innovantes à faible émission de carbone, les énergies renouvelables, l’agriculture intelligente face au climat, une foresterie durable, une gestion de l’eau et des projets de résilience climatique. Le fonds financera des projets liés au changement climatique dans les pays africains, notamment ceux qui mettent l’accent sur l’égalité entre les sexes. L’autonomisation des femmes et des filles sera un objectif de tous les financements concessionnels du CACF, le but étant d’obtenir des résultats directs et mesurables en matière d’égalité des genres».

En effet, étant «en bonne voie pour atteindre son objectif de 40% d’ici à la fin de 2021», la Banque africaine de développement s’engage «à fournir aux pays africains un financement climatique de 25 milliards de dollars d’ici à 2025».

Pub_Header