types of binary options trik khusus binary options binary option 100 win strategy predictor de opciones binarias

Médiation : Nana Akufo Addo réconcilie Embalo et Condé

Umaro Sissoco Embaló et Alpha Condé sont en phase de fumer le calumet de la paix. Les deux chefs d’Etat voisin étaient en effet en froid, depuis que Condé a décidé, en novembre dernier, de fermer ses frontières avec la Guinée Bissau et le Sénégal. Mais dans sa volonté de pacifier l’espace communautaire, le président ghanéen, Nana Akufo Addo, en exercice à la CEDEAO, a réussi à rapprocher Conakry et Bissau, après avoir réconcilié Dakar et Conakry.

Par A. FALL

Le président Bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embaló, est revenu à de meilleurs sentiments. « Je pense qu’il n’y a pas d’ennemis permanents pour faire la guerre. Et, il y a des temps pour faire la paix. Je n’ai jamais eu de problèmes avec le président Alpha Condé », a-t-il expliqué, lors de la conférence de presse qu’il a conjointement animé avec le président ghanéen, Nana Akufo Addo, en exercice à la CEDEAO. Ce dernier a effectué une visite de travail à Bissau après le coup de gueule d’Embaló.

Devant la tribune du sommet de la CEDEAO tenu en juin, au Ghana, ce dernier, irrité par la fermeture des frontières, avait lancé des piques à son homologue guinéen. « Je regarde ici mais personne ne comprend. Parce qu’il n’y a pas de guerre entre le Sénégal et la Guinée (Conakry). Du fait de l’esprit d’amitié au sein de la CEDEAO, nous devons dire la vérité au président Alpha (Condé). Il n’avait pas le droit de fermer les frontières avec le Sénégal, la Guinée Bissau et la Sierre Leone. Je n’enverrai jamais des ministres pour signer ces types d’accords », avait-il attaqué.

Mais, il n’avait pas pu poursuivre ses propos, coupé net par le président en exercice de la CEDEAO et président Ghanéen, Nana Akufo Addo. Il s’est déclaré « très satisfait » des discussions entamées pour trouver une solution à la situation.

En septembre 2020, la Guinée (Conakry) a décrété la fermeture de ses frontières avec la Guinée Bissau, le Sénégal et la Sierra Leone, évoquant des raisons de sécurité liées à la campagne électorale pour la présidentielle du 18 octobre de la même année.

  • 31
    Partages
Pub_Header