Guinée-Bissau : la Cedeao annule sa mission de bons offices

La Cedeao a annulé une mission de bons offices prévue cette semaine en Guinée-Bissau pour tenter de trouver une issue à la querelle post-présidentielle en cours depuis plus de deux mois, a-t-on appris ce jour, auprès de l’organisation ouest-africaine.

Deux experts constitutionnalistes du Bénin et du Mali et un spécialiste burkinabè des questions électorales, Robert Dossou, Camara Amady Tamba et Barthélémy Kéré, devaient séjourner de lundi à vendredi dans cette ancienne colonie portugaise chroniquement instable. Ils devaient tenter de rapprocher les points de vue entre la Commission nationale des élections (Cne), qui a proclamé Umaro Sissoco Embalo vainqueur du second tour du 29 décembre, et la Cour suprême, qui n’a toujours pas tranché les recours du candidat du parti au pouvoir, Domingos Simoes Pereira.

Issu de l’opposition, M. Embalo s’est fait investir président le 27 février, s’est installé au Palais présidentiel et a nommé un gouvernement, dirigé par son allié Nuno Gomes Nabiam. Il a limogé le Premier ministre Aristides Gomes, du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap Vert (Paigc) dirigé par M. Pereira. M. Gomes reste reconnu par la communauté internationale, qui exhorte les responsables des deux camps à chercher «une résolution pacifique de la crise», selon les termes du Conseil de sécurité de l’Onu.

Le gouvernement qui soutient M. Embalo a écrit dimanche à la Cedeao pour protester contre la volonté de ses envoyés spéciaux de rencontrer M. Gomes en sa qualité de Premier ministre. Il s’est dit «profondément indigné» par une «ingérence ignoble et désespérée» du représentant de la Cedeao à Bissau, Blaise Diplo-Djomand. Le gouvernement de M. Nabiam souligne aussi que le mandat de la force militaire Ecomib, déployée à Bissau depuis le dernier putsch en 2012, s’achèvera à la fin du mois et qu’il «prend des dispositions pour que les fonctions de souveraineté soient assurées par les forces de défense et de sécurité» nationales.
Le représentant de la Cedeao a accusé «bonne réception» de la lettre de protestation. «Je voudrais également saisir la présente occasion pour vous informer que la mission des experts de la Cedeao qui était attendue à Bissau le 8 mars dans le cadre de (la) facilitation du règlement du contentieux électoral a été annulée», écrit M. Diplo-Djomand, sans autre précision sur les raisons de cette annulation.

Pub_Header