UEMOA : 1 577,10 milliards de Francs levés sur le marché des titres publics

Les Etats de l’UEMOA ont réussi à mobiliser au 31 mars 2021, 1 577,10 milliards de francs CFA sur le marché des titres publics, rapporte Tendances, le Magazine d’informations d’UMOA-Titres.

L’enveloppe est en hausse par rapport au premier trimestre 2020 où les Etats avaient réalisé 1 331 milliards durant la même période, indique la publication consultée par l’Agence de Presse Sénégalaise (APS).

Elle rappelle que sur le premier trimestre 2021, les Etats de l’UEMOA recherchaient sur le marché des titres publics, un volume prévisionnel de 1 611 milliards de FCFA sur un montant global à l’année de 5 333 milliards de FCFA.

Selon le magazine, ’’Les Etats de l’UEMOA sont restés en veille sur le marché financier régional, au premier trimestre 2021, pour soutenir la relance économique au sein de leur espace fortement touché en 2020 par les impacts de la pandémie à Coronavirus’’.

D’une manière générale, ’’les pays de l’espace ont sollicité des emprunts de longue durée allant de 3 à 7 ans durant ce premier trimestre’’, ce qui s’explique par ’’la mise en place du programme d’émission des Obligations de relance (Odr)’’.

Ces ODR sont des Obligations assimilables du trésor de maturités de 3 ans, 5 ans, 7 ans, 10 ans, 12 ans voir plus, émises en 2021, par voie d’adjudication ouverte avec le concours de UMOA-Titres.

Il s’agit ’’de titres dématérialisés, tenus en compte courant dans les livres de la BCEAO et bénéficient d’avantages spécifiques pour les investisseurs mais également pour les émetteurs souverains’’.

En contrepartie des avantages attribués aux Odr, les investisseurs participant aux opérations d’adjudication sur les maturités de 3 ans et 5 ans s’astreignent à soumissionner des prix supérieurs à un prix minimum (prix plancher), garantissant aux émetteurs un taux maximum de sortie de ces opérations, explique le magazine.

’’Bien entendu, les maturités au-delà de 5 ans demeurent libres de toute contrainte sur les prix de soumission’’, souligne Tendances

Ainsi, sur ce premier trimestre 2021, ’’les Bons du Trésor ont représenté 575, 28 milliards contre 1 001, 83 milliards d’Obligations du Trésor’’.

Les adjudications d’Odr ont quant à elles ’’permis une levée globale importante de 905,123 milliards de FCFA en deux mois et demi, contre un volume prévisionnel de 821 milliards de FCFA, avec un taux de couverture global des montants mis en adjudications de l’ordre de 252,17%’’.

Ce qui traduit ’’un fort intérêt des investisseurs pour les titres publics des émetteurs de l’Union et leur engagement à contribuer aux efforts de relance économique des États de la zone UEMOA’’.

De manière plus détaillée, précise le document, 242,615 milliards de FCFA (27%) ont été mobilisés sur la maturité 3 ans, 288,618 milliards de FCFA sur 5 ans (32%), 274,004 milliards de FCFA sur 7 ans (30%) et 99,885 milliards de FCFA sur une maturité 10 ans (11%).

En termes de volume mobilisé par émetteur, ’’le Togo, la Côte d’Ivoire et le Burkina représentent respectivement 188,500 milliards de FCFA, 188,020 milliards de FCFA et 154 milliards de FCFA’’.

Le Sénégal et le Mali ’’viennent respectivement en quatrième et cinquième position pour avoir mobilisé 137,205 et 131,798 milliards de FCFA, le Niger en sixième position avec 66 milliards de FCFA levés et la Guinée-Bissau en dernière position avec un montant mobilisé de 39,60 milliards de FCFA’’.

Toujours dans le cadre de ce programme d’émissions des Obligations de relance (Odr), ’’seul l’État du Bénin n’a pas encore effectué des émissions entrant dans le cadre du programme dû notamment à sa récente intervention à l’international en début d’exercice 2021’’.

Pub_Header